Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

grève aux urgences- compte-rendu négociations

lundi 15 avril 2019 par Aglawen Vega

le lundi 15 avril 2019 avait lieu une 2è réunion de négociation concernant les revendications des personnels soignants des SAU à l’APHP. Etaient présents la CGT Cochin ainsi que des représentants du personnel des différents sites en luttes. La direction était représentée par le DRH Monsieur Ducroz, Monsieur Hirsch n’ayant pas jugé utile de se déplacer.

La CGT demande d’emblée à Mr Ducroz de clarifier les choses et de préciser son mandat car le personnel demande des propositions concrètes.
Concernant la sécurité des personnels, la CGT rappelle que les urgences sont la porte d’entrée des patients dans l’hôpital avec les risques associés (contagion, patients agités, etc.) ; le personnel rappelle que les agents de sécurité ne peuvent intervenir sur les patients en zone de soin. Le Dr Prudhomme, médecin urgentiste CGT, demande à ce qu’il y ait des négociations avec les Hôpitaux Psychiatriques pour qu’il y ait la présence 24h/24 d’un IDE psy et d’un psychiatre. La CGT demande la reconnaissance du burn out comme accident de travail.

Pour les effectifs, le personnel demande à ce que les soignants en CDD soient stagiairisés sur tous les sites. La CGT rappelle que les effectifs ont stagné voire diminué sur certains sites alors que la fréquentation des urgences ne cesse d’augmenter et qu’il existe des recommandations des sociétés savantes, notamment la SFMU, sur les ratios effectifs/passages aux urgences qui sont largement supérieurs aux effectifs actuels ; dans ces conditions, le Dr Prudhomme pour la CGT rappelle que les négociations ne se baseront que sur ces recommandations SAMU-Urgences de Frances.

Les réponses de Monsieur Ducroz sont largement insuffisantes :


Il affirme que les recommandations SAMU-Urgences de France ne sont pas applicables malgré le rappelle de la CGT sur l’obligation légale de sécurité des patients. Le respect de ces recommandations se traduirait par la création de 700 postes !!!
Il reste sur la proposition de 45 postes mais ne sait pas comment les répartir, sur quels critères, opposant les services entre eux ; il tente de renvoyer la gestion des problèmes en local , ce que refusent unanimement les personnels et les organisations syndicales. De plus, Monsieur Ducroz admet que les urgences pédiatriques n’ont pas été prises en compte pour ces propositions d’effectifs.
Pour la rémunération, le DRH nous prévient que le seul levier dont il dispose est la prime pour travaux dangereux, qui reste négligeable au regard de la perte de pouvoir d’achat de 15% des agents suite au blocage des salaires depuis 10 ans !!! au passage, le personnel des urgences apprend que cette prime n’est pas au maximum pour les SAU mais qu’elle l’est pour les personnels exerçant en psychiatrie ; alors même que les personnels des SAU prennent en charge des patients atteints de troubles psychiatriques, des patients intoxiqués, des détenus etc.
L’assemblée unanime, personnels soignants/organisation syndicales , a demandé à ce que la prochaine réunion de négociation repose sur des propositions écrites, chiffrées et décentes, répondant aux différentes revendications.

LA CGT COCHIN RESTERA VIGILANTE ET SERA TOUJOURS AU CÔTÉ DES AGENTS