Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Urgences Cochin : pas de pitié pour les femmes enceintes !

jeudi 6 juillet 2017 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

 

L’une de nos collègues des Urgences, enceinte de 5 mois pour son 4e enfant, s’est vue refuser par le Faisant Fonction de Cadre Supérieur la traditionnelle "heure de grossesse".

Les femmes dont la grossesse a été déclarée peuvent bénéficier, en raison de leur état, d’une heure de repos hebdomadaire. Elles peuvent donc soit partir une heure plus tôt, soit arriver une heure plus tard. Jusqu’à présent cette heure n’a jamais été contestée.

Mais c’était sans compter sur la hargne du Faisant Fonction de Cadre Supérieur du SAU qui, en se reposant sur le fait que cette heure peut être contestée pour "nécessité de service", a signifié à notre collègue qu’il lui refusait cette heure.

Quand on sait à quel point le travail est difficile et généralement très "physique" (afflux de patients souvent stressés voire agressifs, ou patients souffrant de traumatismes lourds) il n’est pas difficile de deviner l’impact qu’un tel travail peut avoir sur une femme enceinte et les risques qu’elle peut courir pour son enfant.

Cela, apparemment, n’a pas ému outre mesure ce Faisant Fonction de Cadre Supérieur.

La CGT Cochin est évidemment intervenue pour aider notre collègue.

L’heure de grossesse peut effectivement être contestée par le cadre. Cependant elle ne peut être contestée lorsqu’elle est prescrite par la Médecine du Travail. Etant donné l’état de notre collègue, état psychologiquement aggravé par les agissements du Faisant Fonction de Cadre Supérieur, nul doute que la CGT Cochin parviendra à imposer cette heure de grossesse, et à faire en sorte qu’à Cochin certains cadres soient contraints à faire montre de plus d’humanité...