Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Les vœux d’Emmanuel Macron

lundi 1er janvier 2018 par Marise Dantin Secrétaire Générale

 Les vœux d’ Emmanuel Macron auront été à l’image de ses premiers mois à l’Elysée : de belles paroles à l’inverse de ses actes accomplis.

Où est la fraternité quand on a offert 9 Milliards aux plus riches et baissé l’APL des plus défavorisés ?

De qui se moquent-ils ?

De nous, sans aucun doute, à qui ils viennent d’augmenter la CSG et ainsi de réduire les retraites et la rémunération des fonctionnaires, d’instaurer la journée de carence, sans oublier le dynamitage du code du travail et bientôt celui de la Sécurité Sociale.

Ce président et ces ministres millionnaires viennent également de décider de geler le SMIC. Les salariés devront se contenter d’un bien maigre 1,24% de relèvement du SMIC, en application de la formule censée rattraper les effets de l’inflation. Pas étonnant quand on sait que ce gouvernement ne pense qu’aux « premiers de cordées » et qu’il déroule le tapis rouge fiscal aux traders et aux actionnaires .Il nous explique qu’il ne faut plus aucun sans-abri dans ce pays.

Effectivement s’il y a de plus en plus de sans-abris dans notre pays c’est que la politique de ce gouvernement fait de plus en plus d’exclus, et c’est tout simplement qu’il n’y a pas assez de centres d’hébergement, qui de plus sont souvent insalubres et manquent de sécurité et qui, surtout, ne sont pas dignes de recevoir des hommes et des femmes en grande précarité.

Le président de la République a aussi évoqué un "sursaut européen" nécessaire. Il estime que la citoyenneté européenne est supérieure à la citoyenneté française !

Comment pourrait-on avoir une citoyenneté qui n’existe pas ?

Macron se voit déjà en grand chef d’une Europe fédérale en abolissant notre nation et celle de tous les pays qui constituent l’Union Européenne.

L’Europe d’ aujourd’hui c’est la finance qui la dirige, c’est très largement une politique qui convient aux intérêts des possédants, mais pas dans l’intérêt de notre pays et encore moins dans celui des travailleurs.

Nous voulons tous une Europe sociale basée sur la fraternité et la solidarité, et sortir enfin de ce système ultra-libéral, afin que les richesses soient partagées entre tous.