Syndicat CGT Hopital COCHIN

Poste 11167

Elections Présidentielles : La peste et le choléra - Le piège se referme sur les travailleurs

mardi 2 mai 2017 par Bernard Giusti Secrétaire Général Adjoint

Editorial du n°15 de l’Anti-Casse


Le premier tour des élections présidentielles a rendu son verdict : Macron et Le Pen seront au second tour pour briguer la Présidence de la République. C’est une catastrophe pour tous les travailleurs.
Malgré un excellent résultat de Jean-Luc Mélenchon, démontrant une augmentation importante du nombre de citoyens désirant rejeter un système politique et social inique et à bout de souffle, c’est pourtant le camp des pires ennemis des travailleurs qui arrive en tête.



Dans un communiqué, la CGT a déclaré que les résultats du premier tour « sont les résultats des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux. » Ajoutons que ce sont aussi les résultats d’une manipulation médiatique orchestrée directement ou avec l’appui des politiciens de l’Etat par le grand patronat qui possède la quasi-totalité des journaux, des radios et des télévisions. La campagne de Macron a été conçue et s’est déroulée comme une véritable opération de marketing, une opération publicitaire pour vendre la soupe concoctée par les riches et les puissants.
Marine Le Pen, quant à elle, a su revoir totalement depuis quelques années sa politique de communication afin de gommer les aspects nauséabonds de son parti, le but étant bien sûr de le rendre plus présentable. Elle a su mettre l’accent sur des thèmes sociaux, copiés essentiellement sur la CGT, comme la retraite à 60 ans ou la hausse des petits salaires. Des mesures qui ont pu attirer un certain nombre d’électeurs issus des couches les plus populaires. Mais aussi des mesures qui masquent le fond même du programme du FN, qui est un programme d’asservissement massif des citoyens en général, et des travailleurs en particulier.



Les travailleurs sont supposés choisir entre Macron et Le Pen. Bien évidemment il s’agit d’un faux choix : comment choisir entre la peste et la vérole ? Si comme l’a déclaré la CGT « pas une voix ne doit aller au Front National », Macron n’est pas non plus le rempart des travailleurs contre le Front National. Tout comme celle du FN, la politique prônée par Macron (la même en fait que celle qui a été appliquée par les différents gouvernements depuis de nombreuses décennies – la même, mais en plus « sauvage » vis-à-vis des citoyens) repose sur l’exploitation accrue des travailleurs assortie d’une politique de division des citoyens. L’élection de Macron ouvrira un peu plus la voie au FN, les mêmes causes (la politique de libéralisme économique) produisant les mêmes effets (la montée du FN grâce au ressentiment des laissés pour compte, de plus en plus nombreux, du libéralisme économique). Si Le Pen est élue, son programme est lui aussi basé sur le libéralisme économique. Dans les deux cas ce sont les travailleurs qui paieront encore plus l’addition et leur situation ne fera que s’aggraver.



Pour ce second tour des élections présidentielles si, répétons-le, « pas une voix ne doit aller au Front National », le bulletin de vote n’est pas pour autant un recours pour protéger les citoyens des dangers qui les guettent. 



Dans peu de temps auront lieu les élections législatives. Une occasion pour le camp des travailleurs d’envoyer à l’Assemblée Nationale des députés qui les soutiennent.



Mais que ce soit Macron ou que ce soit Le Pen qui remporte l’élection présidentielle, les travailleurs en particulier et les citoyens en général n’auront d’autre solution que de se mobiliser et de se défendre dans la rue.


Bernard Giusti
Secrétaire Général Adjoint CGT Cochin